Mercredi 28 décembre 2005

Avis aux paresseux - ils m'énervent, ceux-là - : c'est court ! :)

Résumé : Une amitié soudaine et bouleversante entre deux adolescents, Omar et Alexandre ; leur cavale éperdue pour échapper à un père brutal et autoritaire ; les premières déceptions, la douleur de la perte, la torture de l'absence... Sous la forme d'une longue lettre, Omar raconte le destin d'Alexandre, un destin à la Rimbaud, fulgurant, imprévisible. Car la cavale a une fin, et Alexandre disparaît, peut-être pour toujours. "Il renonçait à la poésie, au bonheur des vers, à la beauté. Il partait dans des colonies lointaines, faire du fric. Aventurier, marchand ou plus sûrement marchandise..." Que reste-t-il à Omar ? Des souvenirs, des images, des questions, le sentiment de n'être à sa place nulle part. Il passe le bac dans dix mois, il se sent vieux, il vient de vivre son plus grand amour.

Mon avis : un livre beau, étrange, qui m'a troublé, et qui restera dans ma mémoire. J'ai vraiment l'impression, finalement, que ce monde est rempli de merveilles ^^ mais franchement, qu'il y a-t-il dans ce monde, - à notre portée - de plus beau, de plus simple que ce livre ?

Samedi 31 décembre 2005

Quatrième de couverture :
" Ce livre ne raconte rien d'autre qu'une histoire d'amour.
Une histoire d'amour entre quatre éclopés de la vie.
Camille, Franck, Philibert et Paulette.
Des bons à rien, des cabossés, des coeurs purs.

Quatre allumettes placées ensemble au-dessus d'une flamme.
Et, pfiou ...
Tout s'embrase."

un autre résumé, pour savoir de quoi parle vraiment ce livre... pas très utile, mais bon...

Mon avis : Un, il est 2 h 00 du matin. Deux, j'ai pleuré. Trois, ce livre est... whaouh... un livre qui vous touche, vous traverse, (vous détruit ? lol non. cf le Père de nos pères ;-) )... hier nuit, 400 pages d'une traite. Fini maintenant. Un bouquin fabuleux, parce que...
Il vous donne envie de vivre, de manger, de vous intéresser à de grands peintres, à l'Opéra, il vous donne envie de vivre à Paris, mais à la campagne aussi, il vous donne envie de jardiner, d'adopter des vieux... il ébranle votre misanthropie (non, la mienne, mais ça sera pareil pour vous si vous le lisez) Il vous donne envie d'avaler le monde... :D
Après, si vous ne voulez pas le lire, tant pis pour vous, hein ! Moi, j'ai la conscience tranquille en tout cas, je vais pouvoir dormir sur mes deux oreilles...zZzz...

Extrait : «Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences...»

Dimanche 1er janvier 2006

lu tout frais pendant le réveillon... :p

Résumé : "Sans le vouloir, j'avais commis le crime parfait : personne ne m'avait vu venir, à part la victime. La preuve, c'est que je suis toujours en liberté."
C'est dans le hall d'un aéroport que tout a commencé. Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d'avance. Il lui a suffi de parler. Et d'attendre que le piège se referme. C'est dans le hall d'un aéroport que tout s'est terminé. De toute façon, le hasard n'existe pas

Mon avis : livre très (trop ?) court. Se lit d'une traite. A l'instar d'Hygiène de l'assassin*, il s'agit d'un dialogue du début à la fin.
Une histoire bizarre, inquiétante... progression curieuse qui nous mène impeccablement au dénouement fatal... folie, amour, mort, le tout brillamment orchestré par l'intelligence étincellante d'Amélie Nothomb. Vraiment super ! Mieux selon moi qu'Hygiène de l'assassin que j'avais vraiment beaucoup aimé.. à lire de toute urgence ! Impressionnant.

_____________________________________

FIN DES VACANCES... bilan ? Ai été trop ambitieuse ma foi... sur les 13 livres prévus, je n'en ai lu que 8... (plus un non prévu : Ma mère, mon bourreau)... enfin, je ne tarderai pas à lire ceux qui restent... même si maintenant que les cours ont repris, j'ai bien moins de temps... ceux qui restent * (c'est simple, ce sont ceux qui ne sont pas en gras)

Mercredi 4 janvier 2006

Résumé : Sur une île au large de Cherbourg, un vieil homme et une jeune fille vivent isolés, entourés de serviteurs et de gardes du corps, à l'abri de tout reflet ; en aucun cas Hazel ne doit voir son propre visage. Engagée pour soigner la jeune fille, Françoise, une infirmière, va découvrir les étranges mystères qui unissent ces deux personnages. Elle saura pourquoi Hazel se résigne, nuit après nuit, aux caresses du vieillard. Elle comprendra au prix de quelle implacable machination ce dernier assouvit un amour fou, paroxystique... Au coeur de ce huis clos inquiétant, la romancière du Sabotage amoureux et d'Attentat, retrouve ses thèmes de prédilection : l'amour absolu et ses illusions, la passion indissociable de la perversité.

Mon avis : oui... une jolie histoire, dont l'intrigue peut faire penser à une légende... beaucoup de mystère... mais un peu déçue malgré tout ! J'ai eu une impression de déjà-vu, quand il y a des réflexions sur l'amour desctructeur, c'est une thèse très intéressante certes, mais qui a déjà été longuement développée dans Cosmétique de l'ennemi et Hygiène de l'assassin, les 2 autres livres de cet auteur que j'ai lus... Amélie Nothomb exploite-t-elle toujours les mêmes sujets ? Autre petite critique : étant donné le sujet je me serai attendue à plus de réflexions sur l'importance de la beauté, et je suis un peu restée sur ma faim... pour finir, je n'ai pas non plus trouvé les réparties cinglantes qui m'avaient épatée dans les 2 autres livres (je pense que cela peut s'expliquer en partie parce qu'il y a bien moins de dialogue, mais bon)... ça n'en reste pas moins un très bon livre, mais j'ai été assez déçue tout de même...

P.S : je trouve plutôt intéressant le principe des 2 fins. Laquelle préférez-vous ? Moi, incontestablement la seconde...

citation : "Il faut admirer les gens capables d'être heureux."

autres citations

Samedi 7 janvier 2006

(autobiographie)

Résumé : Nouk est anorexique. C'est ainsi qu'on nomme sa maladie. Mais la souffrance, comment la nommer ? Le plus grave, c'est peut-être le plaisir inavouable d'être la plus forte, et de mentir, mentir, mentir, jusqu'au vertige. Un jour, Nouk est enfermée dans une clinique où l'on s'applique, méthodiquement, à la briser. La jeune fille semble se soumettre. Mais elle reste indomptée. Si elle guérit, ce sera par d'autres voies.

Mon avis :
Beaucoup, beaucoup aimé ! Je ne suis pas anorexique, mais j'ai l'impression de bien comprendre pourquoi elle fait ça. Je me sens proche d'elle. J'ai trouvé le style très juste, très touchant. Un récit à la première personne, et de temps à autre, une prise de recul en revenant à la troisième personne... très adroit ! Lu d'une traite. Peut-être un peu déçue par la fin, ça doit être mon côté sadique. Elle guérit, mais j'ai l'impression, du coup, qu'elle renonce à ses idéaux, ça me déçoit presque. Mais tant et tant de réflexions que j'ai eues... j'aime ! ça va vraiment devenir un livre culte pour moi !

Extrait : "Je cherche à échapper à la mort, aux sentiments, à la jalousie des dieux, aux souffrances qu'ils concoctent pour ceux qui aiment, ceux qui vivent.
Je fais ma petite tambouille.
Nouk, robot squelettique et méchant, possédée du diable, suit son orbe."

Citation : "Quelquefois les livres vous aident plus que n'importe quoi."

Mardi 10 janvier 2006

(l'auteur est une femme, qu'on peut notamment voir dans l'émission "on a tout essayé" sur la 2)

Résumé : Lisa et Pat, deux s½urs complices, Mady leur mère-enfant obsédée par les rides ; les copines, Salomé qui alterne bonne bouffe et liposuccion, Vivi qui s'est payé les fesses de Naomi Campbell, Rosalie qui rêve des seins de Lolo Ferrari... Personne n'échappe à la dictature de la jeunesse, de la beauté, de la minceur, qui s'étale dans les pages des magazines, sur les affiches et dans les spots publicitaires. Avec sa lucidité et son humour, Claude Sarraute analyse cette tendance qui ne fera que s'accentuer, elle en est persuadée.

Mon avis : moui... j'avoue que je n'ai pas été vraiment emballée. Certes, c'est divertissant, facile et rapide à lire, mais ça n'est vraiment pas de la grande littérature. Langage souvent bien trop familier à mon goût, personnages un peu caricaturaux (même si ça s'améliore sur la fin), j'avoue tout de même qu'il y a des passages ironiques assez drôles, et j'apprécie le regard tendre que l'auteur porte sur ses personnages. (tous les 2 chapitres environ, Claude Sarraute stoppe l'histoire pour commenter ce qui vient de se passer, donner des infos en plus sur les personnages ou bien carrément faire des digressions) Mais je ne vois pas vraiment ça comme un roman, plutôt comme un écrit "journalistique" où l'auteur défend son point de vue de façon ludique... pour les amateurs du genre.

extrait

Jeudi 12 janvier 2006

(sous-titre : Cahier de pensées commencé le 30 juillet 1951)

Grand prix de la Société des Gens de lettres et Prix Sorcières en 1996

Quatrième de couverture : "J'ai comme un mur dans la tête. Tout près des yeux. Un mur immense et très haut qui m'étouffe. Et je sais que je ne peux pas grimper."
Versailles, 1951. Dans son cahier secret, May confie la mort d'une petite soeur, la froideur d'une mère figée dans ses certitudes, la déchéance d'un père, l'éclatement d'une famille ruinée qui cultive avec trop de soin son malheur...
Mary est cernée. Par où s'échapper ? La mort ou la folie ? Ce serait négliger la force de l'amitié. Et plus encore la formidable énergie, la rage de vivre d'une adolescente en marche sur le chemin de la révolte...

Mon avis : pour commencer, ne vous fiez pas à la couverture ni au résumé, que je ne trouve pas bien faits... ce livre est vraiment... génial, ça serait succomber trop facilement à l'émotion. Allez, disons très bien. Au début, j'avoue que j'ai eu du mal à accrocher, le style commence par être un peu enfantin (au début de l'histoire, May a 10 ans et des poussières...) Mais ça évolue, vite et bien. Une famille qui ne la comprend pas, à une époque où on ne se "lâche" pas, d'autant plus lorsqu'on est une fille... Rage de vivre, vous croyez ? Je dirai que l'on suit plutôt sa déception, son dégoût, son indifférence qui vont croissants tout au long du livre... cette décision trouble... "tout arrêter", le jour de ces 15 ans. Un compte à rebours, que compte-t-elle faire, se suicider ??? L'angoisse qui monte... et puis la fin... ah vous verrez ^^ à peine assez claire à mon goût, mais si bien tout de même, ça fait cogiter... et à part au début, un style que je trouve remarquable !

Et il y a une suite, que je compte bien lire !
=> Sans honte et sans regret

Samedi 14 janvier 2006

suite de Avec tout ce qu'on a fait pour toi

Résumé : 1959. De Versailles à Paris. A la veille de sa majorité, May essuie un échec imprévu : elle rate son Bac. Tous ses projets d'avenir s'écroulent : Paris, les études supérieures. Elle doit trouver un travail. Gagner sa vie. May ne s'avoue pas vaincue, elle refuse la vie étriquée, les petites ambitions, et choisit un autre chemin, avec une idée fixe : " Un jour, j'aurai ma revanche... " Sur sa route, un homme, un premier amour. May découvre le désir, la sensualité, les doutes aussi. Comment expliquer les absences, les silences ? En France, en 1961, l'Histoire et la guerre imposent certains choix.

Mon avis : très bien aussi... toujours un style que j'aime beaucoup, et le même personnage attachant... un beau combat contre une vie toute faite, mais une fin un peu triste quand même, je me serais attendue à autre chose... ai préféré le premier volume du cahier de pensées de May, mais un livre bien agréable cependant !

Citation : "Je me rends compte n'est rien n'est plus dangereusement facile que le renoncement."

suite : La Hors-venue (vais la lire aussi, si elle se trouve au CDI)

Jeudi 19 janvier 2006

Oh, un livre de Werber ! Lol, ça faisait longtemps ! ^^

Résumé : la grande épopée moderne qui perce jusqu'au mystère de la mort. Nourri d'informations scientifiques souvent inédites, des textes sacrés et initiatiques les plus secrets des principales religions depuis le fond des âges, Bernard Werber nous entraîne à la découverte du continent ultime, au-delà de notre imaginaire. En suivant les Thanatonautes, vous connaîtrez des rêves et des terreurs insondables, vous subirez les lois d'un univers étrange, où se cache l'énigme qui hante les hommes depuis toujours... Jamais personne n'est allé aussi loin que les Thanatonautes. Ils ont exploré la vie après la vie. L'odyssée la plus stupéfiante de tous les temps.

Mon avis : abasourdie. Ah, Bernard Werber... *_* viens de finir ce bouquin et je vais pas m'en remettre je crois ^^ je ne vais faire que donner des adjectifs qui ne vous avanceront pas beauoup, mais qu'importe : ce livre est époustouflant, grandiose, et euh... captivant. Quoi d'autre ? Il est très déprimant par moment, et du coup je pense que le monde n'est pas si pourri que ça, ça pourrait être tellement pire ! Vraiment, après avoir lu ce livre, je me sens... privilégiée. Bernard Werber m'a emmenée tellement loin...

Samedi 21 janvier 2006

suite des Thanatonautes

Résumé : Que pensent les anges de nous ? Que peuvent-ils faire pour nous aider ? Qu'attendent-ils de l'humanité en général ? Lorsque Michael Pinson (stupidement tué dans un accident d'avion percutant un immeuble) a passé avec succès l'épreuve de la « pesée des âmes », il a accédé au royaume des anges. Mais passé le premier émerveillement, il découvre l'ampleur de la tâche. Le voilà chargé de trois mortels, qu'il devra désormais guider et aider tout au long de leur vie. Ses moyens d'action les rêves, les signes, les médiums, les intuitions, les chats. Cependant, il est obligé de respecter le libre arbitre des hommes. Il s'aperçoit que ceux-ci essaient de réduire leur malheur au lieu de construire leur bonheur. Que faire pour leur montrer la voie ? Et puis comment s'occuper intelligemment au Paradis, un endroit bien sympathique mais sans cinéma, sans musique, sans restaurant ?

Mon avis :
très bien, mais légèrement déçue. C'est-à-dire que ce livre est excellent, mais pour "du Werber", il aurait (peut-être) pu être (un peu) mieux. Moins déboussolant que les Thanatonautes, mais ne boudons pas notre plaisir : passionnant quand même. Histoire d'un ange (personnage que l'on connaît déjà) qui a sous sa protection 3 âmes qu'il doit aider tout au long de l'une de leurs vies terrestres. On suit donc les 3 vies des personnages en parrallèle, plus la vie (ou plutôt l'existence ^^) de l'ange gardien Mickael et de ses amis... j'ai beaucoup aimé les passages encyclopédiques de ce volume, portant plutôt sur des comportement humains, j'ia appris des trucs vraiment intéressants !
Pas le meilleur livre de Werber donc selon moi, (l'ai apprécié autant que Le Père de nos Pères) mais meilleur que bien de bons livres :)

suite : Nous les Dieux

Lundi 23 janvier 2006

Quatrième de couverture : Quel avenir pour May, 22 ans, sensuelle, déchirée, coeur à vif ? Comment échapper à cette obscure malédiction ? Le pari de May : créer son double, l'autre. Voici l'autre. Jolie photo de magazine comme il y en a tant, avec une vie en gros plan. Sans désir ni passion. Un abîme soigneusement construit. Un suicide moral parfaitement réussi. Mais au hasard d'une rue. Adrien. Improbable rencontre...

Mon avis : ma-gni-fi-que. Le meilleur des 3 livres de l'histoire de May ! Ce bouquin m'a complètement transcendée *_* une merveille, un chef d'oeuvre, que dis-je, un livre de chevet, le style est tout simplement sublime, j'ai avalé ce livre, ou plutôt, il m'a avalé :D Bref. J'aime j'aime j'aime.

Veux vous faire goûter. Impossible de choisir entre ces 2 extraits.

Extrait 1 : "La nuit fut courte et sans sommeil. J'avais cessé d'ordonner mon propre destin mais il venait sans cesse me rappeler à l'ordre. Me présentant sournoisement de nouveaux obstacles, à franchir aux moments où je m'y attendais le moins, quand j'étais le moins préparée. J'avais organisée ma vie afin qu'elle fût la plus simple, la plus vide, la plus ordinaire. Je m'étais éloignée de toute consistance. J'avais plongé dans la futilité. Je me voulais légère, insouciante. Heureuse dans ce rien.
Vaines tentatives. Faux masques. Fausse route. "

...........................................................Extrait 2

Jeudi 26 janvier 2006

Une histoire vraie.
Témoignage recueilli par Kai Hermann et Horts Riek, en 1978.

Résumé :
Ce que raconte cette jeune fille sensible et intelligente, qui, moins de deux ans après avoir fumé son premier "joint", se prostitue à la sortie de l'école pour gagner de quoi payer sa dose quotidienne d'héroïne, et la confession douloureuse de la mère font de Christiane F. un témoignage sans équivalent.
Un ouvrage terrible qui a connu un retentissement considérable en France et dans toute l'Europe et qui ne se dément pas aujourd'hui encore.

Mon avis :
D'accord avec ce que j'avais entendu dire : c'est un livre superbe. Surprenant. L'histoire est atroce, et le style m'a bluffée, j'ai trouvé ça très bien décrit (et pour cause !), j'imagine bien son état d'esprit pendant qu'elle se droguait... une longue descente aux enfers, tentatives de remontée, puis rechutes, on désespère avec elle. Je ne vous raconterai pas la fin, mais on se demande ce qu'elle sera pendant tout le bouquin, c'est assez angoissant...

Petit bémol : n'ai pas vraiment aimé les passages en italique qui correspondent à des témoignages de l'entourage de Christiane (heureusement, ils sont rares) Le témoignage de la mère, passe encore. Mais il y a un passage bien trop long à mon goût, l'avis d'un psychologue... pfffou... contraste trop avec le style génial de Christiane, j'ai vraiment failli zapper simplement ces pages. Mais à part ça, le livre est génial, alors on peut aisément glisser sur ce détail...

film inspiré de ce bouquin
un très bon blog bourré d'infos sur le livre, le film et la vie de Christiane

Samedi 11 février 2006

Un livre de génie... un concentré de merveilles. JE VOUS LE CONSEILLE VIVEMENT !!!!


Résumé : Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Mon avis : livre conseillé par ma bien-aimée prof d'espagnol, et je ne l'en remercierai jamais assez :D Tout est parfait dans les moindres détails, ce livre est très riche, avec beaucoup de personnages qui ont tous leur intérêt. L'histoire - qui tourne autour d'un énigmatique auteur maudit - vous tiendra en haleine du début à la fin. J'ai enfin adoré le style, à la fois drôle, poétique et sage (on trouve plein d'aphorismes !) A LIRE ABSOLUMENT

Jeudi 16 février 2006

Résumé : Parti à la recherche d'un tableau mystérieux, Jonathan croise la route de Clara. Tous deux sont convaincus de s'être déjà rencontrés. Mais où et quand ? A Londres, il y a plus d'un siècle... Le quatrième roman de Marc Lévy entraîne ses lecteurs de Saint-Pétersbourg à Boston, de Londres à Florence et Paris, dans une histoire où amours et énigmes défient le temps.

Mon avis : une jolie histoire d'amour, bien ficelée, mais... je dois admettre que je suis déçue. Au début, j'ai eu un peu de mal à accrocher. J'ai trouvé les personnages sympathiques, mais pas époustouflants ni extrêmement attachants... l'histoire est très bien, et de plus en plus intéressante au fil des pages, mais je n'ai pas été absolument épatée ni émue comme je l'ai été pour les autres romans de cet auteur (sachant que je n'ai pas encore lu le dernier)
Dommage que ça m'ait laissé aussi froide... une bonne lecture, mais pas indispensable.

Lundi 20 février 2006

Quatrième de couverture : Enfermé dans la Grande Galerie du Louvre, Jacques Saunière n'a plus que quelques instants à vivre. Blessé mortellement, le conservateur en chef va emporter son secret avec lui. Il lui reste cependant un mince espoir de ne pas briser cette chaîne ininterrompue depuis des siècles. Mais il lui faut agir vite. Une seule personne au monde peut prendre la relève, décrypter le code et être traquée à son tour...
« Da Vinci Code est un livre envoûtant, idéal pour les passionnés d'histoire, les amateurs de conspirations, les mordus du mystère, pour tous ceux qui aiment les grands récits que l'on ne parvient pas à lâcher. J'ai adoré ce roman. »
Harlan Coben

Mon avis : Aaaaah ! ENFIN LU ! Des mois après l'avoir acheté, après avoir lu des avis très variés, je peux enfin vous affirmer que ce livre mérite sa médiatisation, je trouve ça vraiment GENIAL ! Quelle complexité mes enfants, quelle complexité ! *grand sourire* Un livre qu'on ne peut littéralement pas lâcher avant la fin (pour preuve, je l'ai commencé hier après-midi et je me suis couchée à trois heures et demie du matin... ça fait 740 pages tout de même !) Je ne peux pas vous en dire plus sans risquer de vous en dire trop... je suis assez tentée de jeter un oeil sur un "Da Vinci Code décrypté" pour mieux cerner certaines choses, mais je suis éblouie par... comment dire ? Lol, la pédagogie du narrateur qui parvient à rendre compréhensible au commun des mortels un truc très compliqué... n'ayez crainte, jetez-vous sur ce livre qui parle d'art, de religion, de meurtre, de secrets et de la qu.... mais chut !

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"A quoi servent les livres s'ils ne ramènent pas vers la vie, s'ils ne parviennent pas à nous y faire boire avec plus d'avidité ?" Henry Miller

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast