Samedi 10 décembre 2005

Peut-être mon auteur préféré quand j'étais petite, à bien y réfléchir...

Des histoires dépaysantes et dans un style particulier, car tout se passe bien sûr à la fin du 19ème siècle... faciles à lire néanmoins. La Comtesse de Ségur était vraiment une Conteuse géniale. Les dialogues se présentent généralement comme pour une pièce de théâtre. Thèmes ? Bêtises de gosses, vie d'un orphelin, contes de fées...

Ses plus grandes oeuvres :

- Les malheurs de Sophie : les frasques d'une gamine capricieuse mais attachante, Sophie. Ou l'aventure de sa poupée, son gentil cousin Paul... (lisibles ici en ligne, pour vous donner une idée....)
- la suite : Les Petites Filles Modèles. Sophie se retrouve orpheline à cause d'un voyage en Amérique qui a été fatal à la moitié de sa famille... beaucoup plus d'action dans ce livre. Recueillie par une odieuse marâtre, puis par la famille de Camille et Madeleine, deux petites filles bien plus sages qu'elle... mon préféré !!! (en ligne ici)
- suite et fin : Les Vacances : des personnages qu'on croyait morts vont resurgir, d'autres personnages vont apparaître... le tout, très distrayant et nous menant à un dénouement heureux...(en ligne ici)

=> une trilogie vraiment fabuleuse qui a fortement marquée mon imagination. Le feuilleton animé est tout aussi génial ! (cf image)

- Un bon petit diable : un orphelin, Charles, vit chez sa tante qui le déteste. Charles le lui rend bien et ne cesse de se venger ... en ne perdant jamais de vue son but : être adopté par la soeur de son amùie aveugle, Juliette... drôle, animé, touchant. Un délice !!!

- Nouveaux contes de fées : des contes enchanteurs qu'on connaît souvent plus ou moins. Avez-vous déjà entendu parler de Blondine, Bonne-Biche et Beau-Minou ? Des histoires de princes ensorcelés, de fées, de coffre enchanté... des contes qui valent bien Blanche-Neige et autres Cendrillon !

- Les Bons Enfants : bêtises et aventures de gosses, dans le même genre que les Malheurs de Sophie

- les mémoires d'un âne : comme le titre l'indique, biographie d'un âne qui a eu une vie bien remplie... ne me rappelle plus des détails, mais bon souvenir !

Il y en a bien d'autres que je ne connais que de nom : Le Général Dourakine, l'Auberge de l'ange gardien, Pauvre Blaise, François le Bossu...

Vous êtes vieux (15 ans :D ) et vous ne connaissez pas tous ces livres ? Vous êtes passés à côté de quelque chose de formidable... vous pouvez toujours vous rattraper ! Ces livres sont idéaux comme "histoire du soir" pour les petits...

Note : La Comtesse de Ségur est d'origine russe ;)
Note 2 : illustrations magnifiques (Gustave Doré entre autres... regardez)

Mercredi 14 décembre 2005

Un livre qui a fait partie de mes favoris pendant pas mal de temps lui aussi... un style pas spécialement enfantin en plus. A lire et relire !!!

Le Chien, fatigué de sa solitude, part à la recherche du maître qui saura l'aimer. Après bien des aventures, il croise la route de Pomme, qui l'adopte. Mais Pomme habite dans un appartement parisien. Pomme est capricieuse et va vite délaisser le Chien... mais je ne vais pas vous raconter toute l'histoire non plus !!!! Un livre plein de péripéties, et différent de tous ceux qu'une gamine de 10 ans peut avoir l'habitude de lire : dans ce livre les hommes sont jugés par un chien... vraiment attendrissant, touchant, marvellous, splendide, magnifique, merde, lisez-le quoi ! :D

Samedi 17 décembre 2005

Un classique
un must
... à lire absolument !!!

Résumé : En arrivant dans les Carpates, le clerc de notaire londonien Jonathan Harker est épuisé par son périple. Mais son client et hôte, le comte Dracula, a tout prévu : une chambre lui a été retenue à l'auberge pour la nuit, an attendant de rejoindre le château en calèche.
Mais pourquoi les habitants du village se signent-ils avec des mines épouvantées quand Jonathan leur dit où il compte se rendre ? Pourquoi lui fait-on cadeau d'un crucifix et de guirlandes d'ail ? Malgré ces mises en garde, Harker poursuit sa route. Certes, ces montagnes escarpées, ces loups qui hurlent dans le lointain ont de quoi faire frissonner. Mais enfin, tant de superstitions au cœur du XIXe siècle ! Jonathan est un homme raisonnable...

Mon avis : différent de ce à quoi je m'attendais... une partie de l'histoire seulement se passe dans le château de Dracula, des femmes sont impliquées, le récit est composé de bribes de journaux intimes des différents personnages, on a différents points de vue et il y a un certain suspens... certains passages vraiment effrayants, des détails sanglants, il m'arrive encore de faire des cauchemars c'est dire l'impact que ce livre a eu sur mon esprit (de poule mouillée, certes...) !!! Dracula est devenu un mythe et pourtant le roman original a réussi à me surprendre ! Un CHEF-D'OEUVRE !

 

Samedi 17 décembre 2005

Résumé : Ah, enfin tu me prends dans tes mains !
Ah, enfin tu lis ma quatrième de couverture !
Tu ne peux pas savoir comme j'attendais cet instant.

J'avais si peur que tu passes sans me voir.
J'avais si peur que tu rates cette expérience que nous pouvons vivre ensemble.
Toi lecteur, humain, vivant.
Et moi livre, objet, inerte, mais qui peut te faire décoller pour le plus grand, le plus simple, le plus extraordinaire des voyages.

Mon avis : génial. Bon, déjà, c'est du Werber... ;)
Un livre très particulier qui nous montre le pouvoir de l'imagination. C'est un voyage... à l'intérieur de nous-mêmes. Bien sûr, il faut y croire un minimum, jouer le jeu. ça n'est pas difficile, allons. Ce livre remonte le moral, apprend l'évasion. Un livre pour tout le monde, même pour les allergiques à la lecture (je ne sais pas ce qu'ils foutent ici mais bon... ^^), puisque ce livre se lit en une petite heure. Une expérience à vivre, de la méditation à portée de tous...

Samedi 17 décembre 2005

Quatrième de couverture : Alors elle songea ; elle se dit, désespérée jusqu'au fond de son âme : " Voilà donc ce qu'il appelle être sa femme ; c'est cela ! c'est cela ! " Et elle resta longtemps ainsi, désolée, l'oeil errant sur les tapisseries du mur... Mais, comme Julien ne parlait plus, ne remuait plus, elle ne parlait plus, ne remuait plus, elle tourna lentement son regard vers lui, et elle s'aperçut qu'il dormait ! Il dormait, la bouche entrouverte, le visage calme ! il dormait !

Mon avis : récit de la vie de Jeanne, d'abord jeune fille qui sort du couvent, elle rêve au prince charmant, mais va peu à peu perdre ses illusions... bouleversant, sublimement raconté, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Bien sûr cela se passe au XIXème siècle, comme la plupart des classiques c'est donc dans un style particulier... certains trouvent ça chiant. Moi, je trouve ça passionnant et dépaysant. Ensuite, à vous de voir ;-)

Extrait : "La vie voyez-vous, ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit."









Samedi 17 décembre 2005

Quatrième de couverture :(accrochez-vous !) Dans la tragédie racinienne, l'issue fatale imposée par le genre constitue un intérêt secondaire : ce qui importe, c'est la représentation et l'étude de la complexité de la condition humaine aux prises avec les formes multiples de la fatalité. Dans Britannicus, la tragédie est celle d'un instant où un être, Néron, "monstre naissant, mais qui n'ose encore se déclarer", oscille entre le Bien et le Mal. De ce point de vue, Britannicus est la forme dramatique d'un champ de bataille où s'affrontent pulsions, passions et pouvoirs.

Mon avis : d'un côté, le méchant Néron, empereur depuis peu, qui cherche à se libérer de l'emprise de sa redoutable mère Agrippine, et qui deviendra un tyran sanguinaire ; de l'autre, le pauvre et bon Britannicus qui s'est fait piquer son trône. Au milieu ? Junie, aimée à la fois de Britannicus et du terrible Néron (mais qui aime seulement le gentil bien sûr). ça, c'est l'histoire racontée par moi-même. Mais quand c'est Racine qui la raconte, c'est violent, il y a du sang, de l'amour, de la passion, des grandes tirades lyriques et des personnages ô combien tragiques ! Et le tout en alexandrins ! Bon voyage !
Quand vous êtes une petite seconde non initiée à la tragédie racinienne et qu'on vous dit de lire cette pîèce, vous galérez bien sûr. Quand ladite pièce est ensuite étudiée en classe avec une prof aussi géniale que Mme Caillet, et jouée à la cérémonie des Ronsard et tout le toutim, vous arrivez en première L en vous disant que, quand même, Britannicus c'est une sacrée œuvre !!!

Samedi 17 décembre 2005

Résumé : D'où venons-nous? Du singe? Pas si sûr !
Une course-poursuite haletante où l'on rencontre: une jeune reporter délurée, ex-cambrioleuse, un journaliste à la retraite, obèse mais fin limier, un spécialiste de la préhistoire qui en savait trop, un club de savants passionnés, une charcutière industrielle, une star du X, quelques primates avisés et une dame phacochère qui n'a pas peur des alliances contre nature...
Voyage aux sources de l'humanité, enquête aux mille rebondissements, hypothèses scientifiques stupéfiantes sur le mystère de nos origines...

Un thriller paléontologique qui pourrait bien changer notre vision du monde.

Mon avis :
Bon pour commencer signalons que c'est du Werber (lol oui je crois qu'ils ont compris...)
Certains passages un peu longs au milieu, mais un livre tout de même impressionnant ! Toutes ces théories sur les origines de l'Humanité... Waouh. Et la dernière... c'est simple j'avais envie de tout gober ^^, il a vraiment fallu que je me souvienne que tout cela n'était que fiction...
"Gros" coup de coeur pour le personnage d'Isidore Katzenberg, obèse et sensible, solitaire, pacifiste et philantrope...

phrase culte : "Tout me touche, me traverse et me détruit."

Samedi 17 décembre 2005

Résumé : Ca se passe sur la côte d'Azur. Ca commence par un championnat du monde d'échec où le vainqueur meurt d'amour dans les bras d'une top-model Danoise. Isidore et Lucrèce mènent l'enquête, découvrent un mystérieux asile psychiatrique où les fous utilisent leurs talents d'une drôle de manière. Et puis cela parle de 3 grandes découvertes en neurologie qui pourraient changer le monde. Voilà.

Mon avis : Marvellous !!!! Je suis peut-être très hystérique dans mes commentaires mais que voulez-vous ^^... dans ce livre, Bernard Werber nous emmène dans le monde de la pensée, on y parle de folie, d'hypnose, on dresse la liste des motivations de l'Homme...on suit le parcours d'un homme atteint du syndrome de l'Emmuré Vivant, je vous laisse imaginer de quoi il s'agit... on part à la recherche de l'Ultime Secret, la motivation suprême... enfin on a le plaisir de retrouver mon cher Isidore... à dévorer !

Dimanche 18 décembre 2005

Quatrième de couverture : (comme pour la plupart des classiques : pas très utile ni avenante. Ne vous y fiez surtout pas !)
" Dans Thérèse Raquin, j'ai voulu étudier des tempéraments et non des caractères. J'ai choisi des personnages souverainement dominés par leurs nerfs et leur sang, dépourvus de libre arbitre, entraînés à chaque acte de leur vie par les fatalités de leur chair : Thérèse et Laurent sont des brutes humaines, rien de plus. [...] En un mot, je n'ai eu qu'un désir : étant donné un homme puissant et une femme inassouvie, chercher en eux la bête, ne voir même que la bête, les jeter dans un drame violent, et noter scrupuleusement les sensations et les actes de ces êtres. J'ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur des cadavres. "
Zola, Préface à la 2ème édition de Thérèse Raquin.


Mon avis : comme la quatrième de couverture ne l'indique pas, il s'agit de l'histoire de Thérèse Raquin, jeune femme élevée par sa tante et destinée depuis l'enfance à épouser son cousin maladif Camille... mais l'arrivée de Laurent, homme costaud (et séduisant) va tout bouleverser... un livre vraiment fantastique, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde (je précise parce que j'essaie aussi de convertir les incultes qui ont des préjugés horribles sur tous les classiques...), dans un style impeccable, j'ai trouvé certains passages particulièrement bouleversants (comme la description de la morgue...)
Lu et étudié en 3ème, j'ai également vu la pièce de théâtre et le film avec Simone Signoret (1953), qui valent vraiment le coup.

Dimanche 18 décembre 2005

Quatrième de couverture : C'est l'histoire d'une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C'est l'histoire d'une province étroite, dévote et bourgeoise. C'est, aussi, l'histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n'avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s'était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle.
Aucun roman n'est innocent : celui-là moins qu'un autre. Lire Madame Bovary, au XXIe siècle, c'est affronter le scandale que représente une œuvre aussi sincère qu'impérieuse. Dans chacune de ses phrases, Flaubert a versé une dose de cet arsenic dont Emma Bovary s'empoisonne : c'est un livre offensif, corrosif, dont l'ironie outrage toutes nos valeurs, et la littérature même, qui ne s'en est jamais vraiment remise.

Mon avis : en visitant des blogs de livres, j'ai lu plein d'avis sur Madame Bovary. Quels étaient-ils ? Pour la plupart : "Ennuyeux", "chiant à mourir", "trop trop nul..."
etc. A s'arracher les cheveux ! Madame Bovary, le chef d'œuvre de Flaubert, au style ultra-travaillé, avec un personnage très complexe (et attachant selon moi), une fin atroce et et et... nul ???!??? MAIS CA VA PAS LA TETE !!!!!! Madame Bovary, mais enfin c'est la quintessence même de la littérature française, c'est THE œuvre et des petits merdeux de 15 ans osent dire "S'il y a un livre que tu dois pas lire c'est celui-là" mais où va le monde ????

Euh. Je m'enflamme là. Mais c'est justifié. Si vous n'avez pas lu ce chef-d'œuvre, ou si vous n'avez pas été capable de l'apprécier, vous ne pouvez pas comprendre mon coup de gueule. Dans ce cas-là, vous savez ce qu'il vous reste à faire ^^...

Extrait : "Mais elle, sa vie était froide comme un grenier dont la lucarne est au nord, et l'ennui, araignée silencieuse, filait sa toile dans l'ombre, à tous les coins de son cœur."

Mardi 20 décembre 2005

Très connu, présent sur à peu près tous les blogs de lecture mais que voulez-vous... ^^

Résumé : Que penser d'une femme qui choisit le placard de votre salle de bains pour y passer ses journées ? Qui s'étonne que vous puissiez la voir ? Qui disparaît et reparaît à sa guise et qui prétend être plongée dans un profond coma à l'autre bout de la ville ? Faut-il lui faire consulter un psychiatre ? En consulter un soi-même ? Ou, tout au contraire, se laisser emporter par cette extravagante aventure ? Et si c'était vrai ?

Mon avis : captivant... les 2 personnages sont attachants, le concept est original, j'aime beaucoup le style de l'auteur, il y a des passages vraiment très émouvants, un suspense tout au long du livre... et une fin magnifique !!! C'est vraiment très très joli, ça met de bonne humeur, et ça donne envie de lire les autres ! (ça tombe bien on m'a offert le coffret ^^)










Mardi 20 décembre 2005

Résumé : Ce bon sauvage venu du Canada ne ressemble à personne. C'est un Huron qui parle le français et subjugue ces dames. On le surnomme l'Ingénu car il ignore beaucoup, dit naïvement ce qu'il pense comme il fait tout ce qu'il veut... Belle liberté que cette franchise ! Comment ! On l'empêche de " marier " sa jolie marraine sous prétexte de religion ! Quoi ! Un jaloux l'embastille après qu'il a sauvé une province ! Drôle de pays que cette France... Les femmes y succombent par vertu, les philosophes croupissent en prison, et les puissants décident en dépit du bon sens... L'homme aux quarante écus fait le même constat. Sa maigre fortune est encore amputée de taxes absurdes tandis que les plus riches en sont exonérés. Ainsi, la nation s'appauvrit tandis que certains s'enrichissent. La raison, décidément, voyage à petite journée... Voltaire, dans ces contes, en est le colporteur...

Mon avis : lu pour le lycée, et je ne regrette pas. Relativement facile et amusant à lire, je pense qu'il faut le lire rien que pour s'offusquer de la conduite de M. de Saint-Pouange ! ^^ (ne riez pas c'est un pervers et ça finit mal, mais chut j'en ai déjà trop dit !)

Mardi 20 décembre 2005

Résumé : Prétextat Tach, quatre-vingt-trois ans, prix Nobel de littérature, n'a plus que deux mois à vivre. Monstre d'obésité et de misanthropie, il joue avec une cruauté cynique à éconduire les journalistes venus l'interviewer. Les quatre premiers fuient épouvantés. La cinquième, Nina, aura raison de lui et de son secret : sous les mots se cachent le crime, et sous l'oeuvre, l'imposture. La littérature, la vraie, est faite de larmes et de sang.

Mon avis : un livre court, efficace et impressionnant ! Ce livre est entièrement constitué de dialogues (à part les "didascalies" plus environ 3 pages au début et à la fin...), c'est donc un perpétuel "match" entre 2 interlocuteurs... un livre qui brille d'intelligence ! J'ai tout simplement été épatée. Hygiène de l'assassin est le premier roman d'Amélie Nothomb, mais aussi le premier que je lisais de cet auteur. Et assurément pas le dernier... ;-)

Citation : "Pourquoi est-il impossible de faire du bien à quelqu'un sans lui faire de mal ? Pourquoi est-il impossible d'aimer quelqu'un sans le détruire ?"

P.S : un film a été créé à partir de ce livre... ainsi qu'une pièce de théâtre

Mercredi 21 décembre 2005

Parce qu'il fallait bien que je présente un livre que je n'aime pas, au moins une fois...

Résumé : Nous sommes en Pologne où Ubu, ancien roi d'Aragon et capitaine des dragons, jouit d'une haute situation et de la faveur du roi. Mais sa femme, la Mère Ubu, n'est pas satisfaite de ce rang : elle aspire au trône et réussit à convaincre son mari en évoquant les "andouilles" qu'il pourrait manger en s'enrichissant. Ubu décide alors de monter une conspiration avec le vaillant capitaine Bordure.

Mon avis : hé non, j'ai dû lire ce livre pour le lycée et ça m'a franchement déçue. Répétition tout le long d'expressions telles que "Merdre" ou "De par ma chandelle verte", absurde pas drôle, scénario invraisemblable, personnage grossier, gamin et misogyne... je nuancerai ma critique en admettant qu'en classe on joue quelques scènes et que c'est plutôt marrant... peut-être qu'en la voyant jouée on peut trouver cette pièce bien sympathique ? Et en y réfléchissant bien on peut prendre ça comme une originale dénonciation du despotisme mais... la lecture en tout cas, à mon humble avis, est bien ennuyeuse !

Extraits ici et , pour que vous jugiez par vous-même (je ne veux pas que vous vous priviez d'une lecture que vous pourriez aimer à cause de moi - j'ai tendance à penser que tout livre mérite d'être lu)

Mercredi 21 décembre 2005

Quatrième de couverture : En prenant pour héroïne une adolescente disgraciée, un abominable laideron, l'auteur a abordé dans son roman le problème de la "marginalisation que crée la laideur". Bien mené. Sombre. C'est une idée aussi injuste que vieille comme le monde de croire que les gens malchanceux (ou laids) deviennent ou sont méchants. En tous cas les deux adjectifs ont la même étymologie.


Mon avis :
vais d'abord tenter d'éclairer un peu le résumé, la quatrième de couverture est bien mystérieuse... un jour Isabelle entend ses parents parler de sa laideur irréversible... elle décide de se noyer, mais est sauvée par un jeune homme, Vincent, qui va progressivement se lier d'amitié avec la famille au point de s'installer dans la maison d'Isabelle... Isabelle tente d'attirer son attention mais Vincent lui préfère sa mère, bien plus belle... les conséquences vont être terribles.
Un livre qui sort de l'ordinaire, lu il y a 1 ou 2 ans mais qui m'a vraiment marquée... la sombre descente aux enfers de cette jeune fille est bouleversante. A découvrir.

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

"La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté." François Mauriac

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast