Mardi 4 avril 2006

Plutôt que de mettre le résumé, je préfère vous mettre un extrait de ce livre :

"Un jour, il te vient le désir d'entreprendre un récit où tu parlerais de tes deux mères
l'esseulée et la vaillante
l'étouffée et la valeureuse
la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée.
Leurs destiins ne se sont jamais croisés, mais l'une par la vide créé, l'autre par son inlassable présence, elles n'ont cessé de t'entourer, te protéger, te tenir dans l'orbe de leur douce lumière.
Dire ce que tu leur dois. Entretenir leur mémoire. Leur exprimer ton amour. Montrer tout ce qui d'elles est passé en toi.
Puis relater ton parcours, cette aventure de la quête de soi dans laquelle tu as été contraint de t'engager. Tenter d'élucider d'où t'est venu ce besoin d'écrire. Narrer les rencontres, faits et évènements qui t'ont marqué en profondeur et ont plus tard alimenté tes écrits.
Ce récit aura pour titre Lambeaux. "

Mon avis : récit plus ou moins autobiographique : dans la première partie, l'auteur parle de sa mère biologique qu'il n'a pas connu, et dans la deuxième il parle de sa mère adoptive tout en faisant sa propre autobiographie. Le tout, à la deuxième personne du singulier, d'où un style très particulier (car il dit aussi "tu" lorsqu'il parle de lui-même !) Par ailleurs l'histoire est vraiment bouleverante ^^ Franchement j'adore !!!

Jeudi 6 avril 2006

Résumé : En 1988, Patrick Modiano voit dans un journal datant de 1941 un avis de recherche concernant une jeune fugueuse, Dora Bruder, qui était juive ; enquête sur les traces de cette jeune fille...

Extrait / quatrième de couverture
: « J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n'auront pas pu lui voler. »

Mon avis : Une histoire intéressante, mais peut-être un peu plate, et chargée de détails au sujet de la procédure de l'enquête - l'auteur a mis des années et des années à reconstituer l'histoire de Dora Bruder - pas forcément nécessaires. Pas vraiment chamboulée, même si j'admets qu'il y a de quoi méditer...

Jeudi 6 avril 2006

Résumé : Alors qu'elle n'avait que huit ans, les parents de la jeune Anny Duperey périssent asphyxiés par de l'oxyde de carbone dans leur salle de bain. Une mort accidentelle... scandaleusement banale. Un drame culpabilisant pour la petite fille, qui aurait dû se trouver avec eux, et qui doit sa survie à un caprice. L'actrice a mis longtemps avant de pouvoir livrer ce témoignage ; son récit s'accompagne de clichés pris par son père, photographe.


Quatrième de couverture : "J'avais pensé, logiquement, dédier ces pages à la mémoire de mes parents - de mon père, surtout, l'auteur de la plupart des photos, qui sont la base et la raison d'être de ce livre. Curieusement, je n'en ai pas envie. Leur dédier ce livre me semble une coquetterie inutile et fausse. Je n'ai jamais déposé une fleur sur leur tombe, ni même remis les pieds dans le cimetière où ils sont enterrés. Sans doute parce que obscurément je leur en veux d'avoir disparu si jeunes, si beaux, sans l'excuse de la maladie, sans même l'avoir voulu, quasiment par inadvertance. C'est impardonnable."

Mon avis : lu très vite, livre captivant, histoire tragique qui m'a vraiment bouleversée, les photos qui illustrent tout le livre sont superbes, et j'adore le style d'Anny Duperey *_*... à lire !

LA phrase : "Votre mort m'a rendue à jamais enceinte de vous."

Vendredi 7 avril 2006

Quatrième de couverture : A treize ans, Valérie Valère a été internée au pavillon des enfants fous d'un grand hôpital parisien. A quinze ans, elle écrit le récit de ce séjour. Son livre n'est pas seulement une vision du monde hospitalier, des traitements pour les malades mentaux, le cri pathétique d'une adolescente de treize ans qui, un jour, a refusé toute nourriture : elle prend conscience des raisons profondes qui l'ont amenée au comportement suicidaire qu'est l'anorexie. Et son récit est avant tout l'histoire d'une guérison.

Mon avis : J'adore ce bouquin, bon sang !!! J'ai une admiration éperdue envers l'auteur, je trouve qu'elle a parfaitement raison d'avoir fait tout ce qu'elle a fait, c'est une personne qui est réellement allée au bout de ses idées, mêmes dans les pires choses, ça demande une sacrée force de caractère et d'un point de vue plus littéraire je trouve son style tellement percutant... on ne peut pas, de mon point de vue, passer à côté. Mais je trouve que la quatrième de couverture fait un peu pitié, pardon ^^, mais l'histoire d'une guérison ??? Si on veut. Valérie Valère s'est suicidée à l'âge de 21 ans...









Dimanche 9 avril 2006

Quatrième de couverture :

" Mon coeur craint de souffrir,
dit le jeune homme à l'alchimiste,
une nuit qu'ils regardaient le ciel sans lune.
- Dis-lui que la crainte de la souffrance
est pire que la souffrance elle-même.
Et qu'aucun coeur n'a jamais souffert
alors qu'il était à la poursuite de ses rêves."

L'Alchimiste est le récit d'une quête, celle de Santiago, un jeune berger andalou parti à la recherche d'un trésor enfoui au pied des Pyramides. Dans le désert, initié par l'alchimiste, il apprendra à écouter son c½ur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve. Destiné à l'enfant que chaque être cache en soi, L'Alchimiste est un merveilleux conte philosophique, que l'on compare souvent, au Petit Prince, de Saint Exupéry, et à Jonathan Livingston le Goéland, de Richard Bach.

Mon avis : c'est vraiment beau, il y a plein de petites réflexions que j'ai beaucoup aimées, et c'est une belle histoire, racontée comme une légende, qui pousse au voyage et à la philantropie ^^, en bref j'ai adoré !!!






Lundi 10 avril 2006

Quatrième de couverture : " Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Think Pink generation, mon credo : sois belle et consomme. " Hell a dix-huit ans, vit à Paris Ouest se défonce à la coke, est griffée de là tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l'équivalent de votre revenu mensuel, fait l'amour comme vous faites vos courses. Sans oublier l'essentiel : elle vous méprise profondément... Jusqu'au soir où elle tombe amoureuse d'Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé. Ensemble, coupés du monde, dans un corps à corps passionnel, ils s'affranchissent du malaise qu'ils partagent. Mais les démons sont toujours là, qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir. Entre romantisme et cynisme, voici les débuts d'un " adorable monstre " de 19 ans.

Mon avis : Enfin lu, livre qui a été beaucoup critiqué, en mal comme en bien... mon avis ? Eh bien, j'ai beaucoup beaucoup aimé !!! Non, ça n'est pas de la grande littérature, oui, c'est un concentré de sensations fortes et faciles, c'est volontairement trash, mais le style, parfois un peu pédant comme j'aime, m'a enchantée, l'histoire est émouvante, il y a mêmes des références à Baudelaire, à Alexandre Dumas, tout ça, tout ça... je suis ravie ^^


Info : film sorti le 1er mars 2006.

Lundi 10 avril 2006

Résumé : Des extraterrestres enferment deux humains dans une cage pour étudier leur comportement. Ils espèrent ainsi assister à une reproduction en captivité. Mais Raoul, le scientifique misanthrope et Samantha, la dompteuse de tigres romantique, ne sont apparemment pas faits pour s'entendre ! Peu à peu, ils vont pourtant se rendre compte que la survie de l'espèce est entre leur mains, et se pose la question cruciale : l'humanité mérite-t-elle d'être sauvée ?

Mon avis : l'idée est originale, les réflexions pas mal non plus mais j'ai trouvé le style trop enfantin, et il y a vraiment de la matière, je pense que ça aurait pu être bien plus développé. C'est bien tout de même, on retrouve les idées "werberiennes", et je suis sûre que ça doit être très sympa de voir cette pièce jouée (et si j'en ai un jour l'occasion, je sauterai dessus !), mais à la lecture j'avoue que j'ai été un peu déçue. Un livre peut-être destiné aux plus jeunes ?

Samedi 22 avril 2006

ATTENTION, CHEF D'OEUVRE INEGALABLE

Quatrième de couverture : Ce célèbre roman (1847), qui est devenu un classique de la littérature anglaise, demeure, grâce à son climat inégalé d'angoisse et de hantise exacerbées par le caractère des personnages, un lien de transition entre les effrois souvent trop mis en scène du roman gothique et la crainte sourde et aveugle, comme l'amour et la mort, qui émane du vrai fantastique. (Lovecraft)

l'histoire :
Heathcliff l'orphelin et Cathy Earnshaw grandissent ensemble et se jurent un amour éternel, mais à la mort du père, les deux enfants sont séparés par le grand frère, Hindley : Heathcliff, qui n'était qu'un enfant adopté, est ramené au rang de palefrenier tandis que la jeune Cathy, qui rêve de luxe, délaisse son compagnon et se marie avec le riche Linton. Fou de douleur, Heathcliff s'enfuit, mais des années plus tard, il réapparaît, déchiré entre son amour pour Cathy et son désir de vengeance...

Mon avis : ce livre est SUBLIME. J'étais déjà complètement folle du film de 1939, et je me rends compte qu'à côté du livre il n'est rien !!! Cette histoire d'amour est la plus belle, la plus cruelle, la plus immorale qu'on puisse imaginer, je pourrais en parler pendant des heures... INCONTOURNABLE !!!

Dimanche 23 avril 2006

Quatrième de couverture & lien pour acheter ce super-bouquin...

Mon avis : viens de le finir et j'ai adoré !!! (il vaut le coup ce bouquin, regardez l'heure...) C'est à la fois drôle et sérieux, cynique, grinçant, toujours bien trouvé, c'est beau, en fait c'est simple (lol), j'ai envie là tout de suite maintenant de faire un blog spécial-beigbeder où je recopierais les trois quarts du bouquin sous forme de citations, parce que c'est géant *_* mmmh un délice !!! A la fin du livre j'ai compris que c'est le troisième de cet auteur, et que les romans se suivent donc j'aurais pas dû commencer par celui-là mais franchement c'est pas grave, et j'aimerais bien lire les autres même si à mon avis c'est celui-là le meilleur !

Info : les deux premiers tomes de cette trilogie sont : Mémoires d'un jeune homme dérangé_ et Vacances dans le coma_ (en réponse au commentaire d'Elsa ;o))

Note à certaines personnes : vous le croyez ça ? Il y a 27 citations de ce livre dans Evene et un des personnages principaux a 27 ans...

Dimanche 23 avril 2006

Livre lu au collège

Résumé : Le jeune Dante, dix ans, suit des cours de rattrapage chez un vieux professeur qui fait des recherches sur la télépathie. Il lui apprend à voir avec les yeux du chat Virgile. L'enfant se sert de ce pouvoir pour retrouver le chat et il assiste, à travers les yeux de l'animal, à l'enlèvement d'une fillette... Pouvoir de l'imagination enfantine. Merveilleuse complicité avec les bêtes.

Mon avis :
Un livre lu au collège, qui m'avait énormément marqué, j'avais oublié de vous en parler ça m'étonne d'ailleurs, car je l'ai lu au moins 15 fois (véridique !), j'en ai fait des rêves et tout le tralala... l'histoire m'avait vraiment énormément captivée !

Autres avis

Dimanche 23 avril 2006

Quatrième de couverture / extrait :
" ... C'était bien une Vénus, et d'une merveilleuse beauté. Elle avait le haut du corps nu, comme les anciens représentaient d'ordinaire les grandes divinités. Rien de plus suave, de plus voluptueux que ses contours ; rien de plus élégant et de plus noble que sa draperie. Quant à la figure, jamais je ne parviendrai à exprimer son caractère étrange, et dont le type ne se rapprochait de celui d'aucune statue antique dont il me souvienne. Tous les traits étaient contractés légèrement : les yeux un peu obliques, la bouche relevée des coins, les narines quelque peu gonflées. Dédain, ironie, cruauté, se lisaient sur son visage. En vérité, plus on regardait cette admirable statue, et plus on éprouvait le sentiment pénible qu'une si merveilleuse beauté pût s'allier à l'absence de toute sensibilité. - Si le modèle a jamais existé, dis-je à M. de Peyrehorade, que je plains ses amants ! Elle a dû se complaire à les faire mourir de désespoir. Il y a dans son expression quelque chose de féroce, et pourtant je n'ai jamais vu rien de si beau "...

Mon avis : une nouvelle fantastique (je ne vais pas vous raconter l'histoire, à quoi bon la lire sinon !) lue en 5ème. Je me souviens qu'à l'époque, la lecture ne m'avait pas vraiment plue, puis on l'a un peu étudiée et la nouvelle est remontée dans mon estime. C'est une histoire sympathique en fait, avec un style qui change radicalement des "fantômette" que je lisais encore à l'époque... oui, l'énorme avantage de ce bouquin, c'est que c'est un classique accessible dès le collège ^^

Dimanche 23 avril 2006

La nouvelle qui inspira à Bizet son célèbre opéra...

Résumé : Gitane ensorceleuse, cigarière peu farouche, l'aguichante Carmen a tôt fait de soumettre Don José à ses charmes. Faisant fi de ses devoirs de soldat, le pauvre diable ne connaît bientôt plus que la loi dictée par les caprices de la belle Bohémienne. Aucun crime n'est trop déshonorant à ses yeux pour retenir l'envoûtante Carmen. La raison a déserté son coeur dévoré d'amour, inconscient des extrémités tragiques auxquelles le mène cette passion fatale. Ris, Carmen, danse et tourbillone, fais voler tes jupons dans l'infernale chaleur espagnole ! Tu n'échapperas pas à ton destin...

Mon avis : j'ai vraiment beaucoup aimé ^^ c'est romanesque et exotique à souhait, Mérimée a ici un indubitable talent de narrateur dont je ne m'étais pas aperçue en lisant La Vénus d'Ille, l'histoire est vraiment intense... Carmen, où quand l'amour mène à la déchéance...

petit bémol : l'histoire de Carmen proprement dite s'achève avec le chapitre 3, le dernier chapitre étant consacré à une présentation des bohémiens, leur language, leurs rites etc... ce chapitre, qui par ailleurs n'est pas du tout inintéressant, offre un décalage total avec la fin de l'histoire de Carmen qui est terrible... un conseil donc, reprenez vos émotions à la fin du chapitre 3 et considérez le dernier chapitre comme un appendice !

Lundi 24 avril 2006

Quatrième de couverture : Si la vie offrait à Arthur et à Lauren une seconde chance de se revoir, sauraient-ils prendre tous les risques pour la saisir ? Avec cette comédie romantique, Marc Levy retrouve les personnages de son premier roman, Et si c'était vrai..., et nous entraîne dans une nouvelle aventure, faite d'humour, d'imprévus... et d'amour.

Mon avis : Pendant les 50 premières pages, il ne se passe vraiment rien, on sait quelle sera la fin dès le début (et heureusement, c'est ce qu'on veut : une happy end !), et puis les intrigues des deux tomes sont construites de façon symétriques donc pas énormément d'originalité de ce côté-là non plus... mais d'un autre côté , les personnages sont tellement sympathiques, les situations tellement touchantes, qu'on se laisse prendre au jeu, parce que M. Levy est très doué pour raconter des histoires, la preuve j'ai tout lu d'une traite, ce qui fait pas mal d'heures d'affilée quand même ! Mais comme l'indique la quatrième de couverture, ceci n'est rien de plus qu'une "comédie romantique" (et je l'imagine parfaitement bien en film !) : c'est léger, c'est doux, ne boudons pas notre plaisir, mais ne nous attendons pas à de la grande littérature... bilan positif tout de même, le livre a rempli son contrat !

Citations : " Un matin, il m'a promis de me raconter une histoire incroyable, et il a disparu. " (Lauren) " Nous avons vécu le début d'une histoire, elle était comme une promesse que la vie n'a pas tenue ; moi je tiens toujours mes promesses. " (Arthur)

Mercredi 26 avril 2006

Quatrième de couverture / extrait : « Il me remercia d'un geste souriant, mesura quelques gouttes de la teinture rouge et y ajouta l'une des doses de poudre. La mixture, d'une teinte rougeâtre au début, commença, à mesure que les cristaux se dissolvaient, à foncer en couleur, avec une effervescence notable, et à émettre de petits jets de vapeur.
Tout à coup l'ébullition prit fin et presque en même temps la combinaison devint d'un pourpre violacé, qui se changea de nouveau et plus lentement en un vert glauque. Mon visiteur, qui suivait ces transformations d'un oeil avide, sourit, déposa le verre sur la table, puis se tournant vers moi, me regarda d'un oeil scrutateur. »

Mon avis : court roman fantastique au sujet bien connu : le dédoublement de la personnalité. Je l'avais déjà lu il y a quelques années, mais je me suis complètement prise au jeu à nouveau... le style est impeccable, l'intrigue, flippante ^^ ! Cette histoire mythique m'a fait penser, par certains aspects, au sublime Portrait de Dorian Gray... A NE PAS RATER !!!







<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même." Daniel Pennac

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast