Samedi 19 juin 2010

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/onsyfera.jpgQuatrième de couverture : Quand on découvre que Zardjou, l'homme qui remet en question la vie d'Arezou, est marchand de serrures, on peut y voir l'ironie d'un signe plus subtil qu'il n'y paraît. Les apparences sont trompeuses ; on entre avec plus de vigilance et de curiosité dans une belle histoire d'amour.
À travers le destin d'une femme active, divorcée, partagée entre sa mère et sa fille, trois générations s'affrontent dans un monde où règnent depuis longtemps les interdits et le non-dit. On suit Arezou, au bord du rire ou des larmes, sous la neige, espérant avec elle profiter enfin d'une certaine beauté de la vie.
Dans un roman d'une richesse et d'une vigueur exceptionnelles, Zoyâ Pirzâd brosse à la fois le portrait d'une société pleine de contradictions et celui d'une femme passionnante, aussi drôle et attachante qu'une héroïne de Jane Austen.

Mon avis : J'avais été charmée par le style doux de Zôya Pirzâd dans Comme tous les après-midi et Le Goût âpre des kakis, deux recueils de nouvelles ; mais j'ai été déçue par ce roman. Je n'ai pas retrouvé cette lenteur sereine qui m'avait plu dans les autres œuvres de cet auteur, ni les longues descriptions exotiques ou pleines de non-dits, de signification.

Premier reproche que je ferais à ce roman : les dialogues sont beaucoup trop nombreux, on n'a pas vraiment accès à l'intériorité des personnages, j'ai eu l'impression que tout le roman était construit sur ce schéma : une réplique d'un personnage, une phrase de récit ou de micro-description pour nous donner une idée de la scène, genre didascalie, puis une nouvelle réplique, et ainsi de suite... si ça avait été comme ça sur 100 pages, je pense que ça aurait pu passer, mais 324 pages comme ça ! J'ai été lassée et ai mis 5 jours à lire ce livre.

L'héroïne, Arezou, n'a pas réussi à me toucher vraiment, j'ai trouvé que Zôya Pirzâd avait sur son personnage un regard béat, et comme je l'ai déjà dit plusieurs fois, je déteste quand les auteurs nous disent sans subtilité : "regarde comme elle est bien mon héroïne !", et là c'était "regarde, la pauvre est étouffée par sa famille et ne peut pas mener sa vie sentimentale comme elle l'entend !"... bon, j'exagère un peu, il y a bien des passages qui m'ont fait sourire et on sent quand même qu'il y a de la tendresse entre les trois femmes. Mais bon, je n'ai quand même pas été séduite.

Je m'attendais à autre chose, j'aurais aimé quelque chose de plus dépaysant, là certes on a une vision des moeurs en Iran dans les classes plutôt aisées de nos jours... mais c'est trop contemporain, trop occidentalisé. Cette histoire aurait pu être transposée en France, cela n'aurait pas changé énormément les choses, et dans ce cas-là ça aurait été une petite histoire sentimentale sans intérêt ; l'idylle entre Arezou et Zardjou est plus que prévisible, dès le début, et son évolution n'est pas non plus surprenante... pas vraiment désagréable à lire, mais pas enthousiasmant non plus.

J'ai lu quelques critiques de personnes déçues comme moi par ce roman, mais qui avaient beaucoup aimé un autre roman de Zoyâ Pirzâd, Un jour avant Pâques ; roman que je lirai donc tout de même (celui-là ou bien C'est moi qui éteins les lumières, premier roman de l'auteur), pour donner une autre chance à Zoyâ Pirzâd en tant que romancière ; en attendant, je vous conseille plutôt, si vous ne la connaissez pas, de vous tourner vers ses nouvelles (et en particulier vers le recueil Comme tous les après-midi, le premier que j'ai lu et aussi mon préféré).
Par Raison-et-sentiments le Samedi 19 juin 2010
Décidément je devrais vraiment réemprunter Le gout âpre des kakis que je n'avais pas réussi à démarrer la dernière fois ^^
Par Véro le Dimanche 20 juin 2010
Le goût âpre des kakis est dans ma LAL pour découvrir cet auteur : c'est marrant mais les couvertures de ces livres sont particulières et se reconnaissent facilement ! Bon choix de la maison d'édition !
Par Exlibris le Dimanche 20 juin 2010
C'est quand même drôle que tu dise que il y a avait une "lenteur sereine" plus dans les nouvelles que les romans. Bien que j'ai été absolument séduite par Banana Yoshimoto, les nouvelles ne me disent pas plus que ca.. Ca te dirait (si tu veux) de m'envoyer "Comme tous les après-midi", si tu l'as? En échange, je peux t'envoyer un livre quel qu'il soit que j'ai (j'en ai comme toi, 3000 tonnes..)
Par MeL le Dimanche 20 juin 2010
La "lenteur sereine" n'est pas caractéristique du genre de la nouvelle bien sûr, mais en tout cas c'est ce qui m'avait plu dans le style de Zoyâ Pirzâd. Cela m'aurait dit de t'envoyer un de ses livres, mais je n'en ai aucun, je les avais tous empruntés....

(Je t'avais envoyé un message sur facebook, l'as-tu eu ? Mais peut-être vas-tu rarement sur facebook et/ou l'as-tu zappé si tu croules sous les messages)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/3009962

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"La lecture, charmant oubli de vous-mêmes et de la vie." Rivarol

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast