Vendredi 8 mai 2009

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/lareligieuse-copie-2.jpg~> CHALLENGE ABC 2009, lettre D - 6ème livre lu <~

Quatrième de couverture :
Publié sans nom d'auteur, interdit il y a quelques années au cinéma, La Religieuse fait toujours scandale ; or, ce livre, disait Montherlant, "est à peine licencieux et n'est pas du tout frivole mais au contraire très grave ".
Inspiré par une histoire vécue, Diderot imagine que la religieuse Suzanne Simonin raconte ses mésaventures en 1760. Spoliée de sa dot, elle séjourne dans trois couvents successifs. La première Supérieure est cupide, la deuxième est ascétique, la troisième est d'une sensualité éperdue qui fait vivre tout le couvent en fête. Diderot décrit ce qui arrive lorsqu'on contredit "la pente générale de la nature ".
" Je ne crois pas qu'on ait écrit une plus effroyable satire des couvents "
, disait-il. La Religieuse est aussi et surtout une chaleureuse apologie de la liberté individuelle.

Mon avis : ah, j'ai préféré ce roman à Jacques le Fataliste ! L'"apologie de la liberté individuelle", comme le dit la quatrième de couverture, on la sent vraiment bien dans ce bouquin, ce qui est extraordinaire, c'est que Suzanne est déterminée, elle ne se résigne jamais, et cependant son désir de ne pas être nonne ne se justifie pas par l'athéisme (elle est au contraire très pieuse) ou par un amoureux comme je m'y attendais, il est seulement dicté par son désir de liberté, et je trouve ça, osé et vraiment bien pour l'époque d'affirmer un truc pareil, je trouve que dans ce sens, on peut considérer que ce livre est très moderne... à part ça, il nous apprend aussi pas mal de trucs, perso je ne m'étais jamais vraiment demandé ce qui pouvait bien se passer dans les couvents, et là on a de quoi faire, j'ai beaucoup aimé les réflexions de Diderot sur la violence et la cruauté qui peuvent déchaîner les religieuses, horreurs qui s'expliquent par le fait qu'elles ont une vie moins divertissante que le commun des mortels... ça m'a fait un peu penser aux Japonais aujourd'hui, je développerai si ça intéresse quelqu'un, sinon laissez tomber ^^ L'héroïne est peut-être un peu trop candide, ça m'a parfois un peu agacée, son côté "je n'entends rien au langage des sens" quand elle était avec la troisième mère supérieure, j'avais envie de lui dire eh oh, on me la fait pas à moi, mais ça reste réaliste, c'est peut-être moi qui suis dévergondée ! :p Et puis, détail évident mais non des moindres, c'est écrit dans un beau style que j'ai trouvé trèès agréable :D
Par Elora le Samedi 9 mai 2009
A vrai dire, j'ai lu "Supplément au voyage de Bougainville" et j'ai un peu peur de me lancer dans un autre livre de Diderot !
Par dico--fantastique le Samedi 9 mai 2009
Apparement, Diderot n'ait pas un auteur particulièrement aimé, mais peut-être a t-il un style un peu spécial qu'il faut apprendre a aimer? Je n'ai jamais lu un livre de lui mais un jour j'essaierais!
Par exxlibris le Mardi 12 mai 2009
euh, étant Japonaise, j'aimerai bien avoir un éclairage sur ta reflexion?
Par nos-amants-de-saint-jean le Mercredi 13 mai 2009
Dans un autre genre concernant les couvents et monastères, il y a aussi "Tanguy" de Michel del Castillo qui se termine dans un pensionnat pour enfants abandonnés et géré par des moines en Espagne.
Sinon mais c'est pas un livre :), il y a le film "Magdalene Sisters" qui des religieuses irlandaises... c'est assez terrible.
Par MeL le Jeudi 14 mai 2009
"Tanguy", ma grand-mère l'a, je l'avais commencé mais n'avais pas du tout accroché au style. "The Magdalene Sisters", je l'ai vu et oui, je l'ai trouvé fort choquant...
Par MeL le Jeudi 14 mai 2009
ma réflexion n'est pas une réflexion à proprement parler, juste un truc qui m'a traversé l'esprit et qui a fait que "la religieuse" m'a parfois fait songer aux Japonais. J'ai un peu peur de me faire lyncher je dois dire, on va dire que presque tout ce que je connais sur le Japon, ses us et coutumes etc, je l'ai appris sur le blog de shinjimae, je sais pas si tu vois de quel blog je parle. Bref, j'ai l'impression que les Japonais peuvent avoir des règles de vie très strictes (importance du travail, de la politesse, etc) qui peuvent paraître très rigides aux yeux des occidentaux. Mais paradoxalement, enfin je pense que justement ce n'est pas paradoxal, mais c'est la conséquence de la sévérité de certaines règles : quand ils se "lâchent", ils se lâchent complètement, d'une manière qui peut aussi sembler excessive aux yeux des occidentaux. Et j'ai trouvé que les religieuses dans le roman de Diderot, c'était un peu pareil : elles sont censées respecter un mode de vie austère mais quand elles ne le respectent plus, c'est la grosse folie du coup !
Par Karine le Vendredi 15 mai 2009
Ah j'avais un peu peur de l'aborder. Mais comme souvent, ton commentaire m'a donné envie de le lire ^^
Par jess le Mercredi 24 juin 2009
Oh magnifique !!!
Je l'ai lu en première L , car on l'étudiait . C'est un livre très interessant et très touchant . Il faudrait d'ailleurs que je le relise cet été . C'etait la première oeuvre que je lisais de DIDEROT , et depuis j'en ai lu d'autre , dont : le neveu de Rameau , mais que j'ai intérêt a relire plusieur fois pour bien tout comprendre . J'espère avoir mon bac pour entrer en lettre Moderne l'année prochaine et vraiment me consacrer à la littérature , ma passion .
Par Tradescantya le Jeudi 10 septembre 2009
C'est un livre qui m'a été conseillé par mon prof de philo à l'époque où j'étais en cours et où l'on étudiait le sujet de la religion, et je l'ai beaucoup apprécié et d'ailleus je rejoins en tout point ton commentaire, enfin ton avis lol :-) très bon livre!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/2839211

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"J'ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot..." Honoré de Balzac

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast