Mardi 16 février 2010

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/disgrace.jpgQuatrième de couverture : Âgé de 52 ans et deux fois divorcé, David Lurie enseigne la poésie romantique et la communication à l’université du Cap. Encore jeune de corps et de cœur, ce Don Juan du campus se laisse aller à un dernier élan de désir, d’amour peut-être. Mais la petite étudiante se moque bien de Wordworth et de Byron et l’aventure tourne mal. Convaincu de harcèlement sexuel, David Lurie démissionne.
Réfugié auprès de sa fille Lucy, dans une ferme isolée, il tente de retrouver un sens au seul lien qui compte encore à ses yeux. Mais les temps ont changé. La fracture sociale est arrivée jusqu’au cœur de ce pays et la violence n’épargne pas les campagnes. L’idylle pastorale tourne au cauchemar.
Aussi sombre que magnifique, l’élégie cynique de J. M. Coetzee jette une lumière glacée et crépusculaire sur la nation arc-en-ciel et consigne l’avènement d’un nouvel âge de fer.

Mon avis : une très agréable surprise, ouaiis ! J'ai eu envie de lire ce livre pour découvrir une oeuvre d'un écrivain d'Afrique du Sud (cf mon challenge Tour du Monde), et aussi parce que j'ai vu qu'il était adapté au ciné (mais comme souvent je ne pourrai finalement pas le voir, peut-être en DVD...), mais la quatrième de couv' ne m'attirait que médiocrement. Mon a priori négatif s'est envolé dès les premières pages, je crois que j'aime assez le personnage du prof d'âge mûr perdu qui dérape (le seul exemple qui me vienne en tête, c'est le Humbert Humbert de Lolita, mais j'ai dû en connaître d'autres qui ne me viennent pas à l'esprit là), et le style m'a comblée, parce que sans qu'on ait une narration à la première personne, on se sent très proche du héros, et on ne se limite pas à  une seule chose, c'est très riche : tout n'est pas dit, et pourtant toute la vie, tout ce qui concerne David Lurie est là : ses désirs, intimes et autres, son ex-femme, son opéra en cours d'écriture, ses conflits avec sa fille, son dégoût de la vie qui guette, la conscience de sa vieillesse qui arrive... On le voit humilié, pris au piège de la société et de lui-même, de façon progressive et toujours croissante ; on sent totalement le décalage entre sa vision des choses à lui, et ce que ces choses signifient pour le reste du monde ; accusé d'avoir abusé d'une de ses étudiantes, Mélanie (whouhou ! je dis whouhou parce que c'est mon prénom et j'ai pas l'habitude de le lire, mais on s'en fout en fait hahem fin de la parenthèse), on sait ce qui s'est réellement passé ; notre héros n'est pas innocent, mais impossible de le diaboliser, d'accepter la vision que les autres personnages ont de lui.

Ses problèmes avec sa fille m'ont aussi beaucoup touchée, car malgré son amour pour elle, il ne la comprend pas, ne comprend pas la vie qu'elle s'est choisie ; il ne cesse de tenter de se rapprocher d'elle, il se remet en question en adoptant un nouveau style de vie  tente de l'aider, de résoudre ses propres problèmes, d'avancer, et on ne peut que l'encourager silencieusement, espérer avec lui, même si on a l'impression qu'il s'engage dans une voie sans issue... le personnage de Lucy est lui aussi passionnant, elle reste toujours assez mystérieuse finalement, j'adorerais que le même livre existe avec Lucy comme narrateur ^^

J'ai beaucoup, beaucoup de sympathie pour David Lurie. Lire ce roman revient quelque part à endosser sa vie pour quelques heures, et quand j'ai vu qu'il ne me restait plus que 4 pages je me suis sentie triste et perdue, ce qui est loin d'être une réaction systématique chez moi. La fin m'a glacée. David Lurie est loin d'être un ange, mais il est tellement humain, un pauvre humain façonné par des tas de choses pas bien gaies qui lui sont arrivées... mais ça, c'est la conclusion qu'on tire une fois le livre fini, pas ce que l'auteur cherche à nous asséner de façon lourde comme ça arrive trop souvent (j'ai horreur des livres où on nous dit "regarde mon pauvre héros, plains-le !"), et cette impartialité de l'auteur est aussi une des subtilités qui fait que ce livre vaut vraiment le coup à mes yeux !
Par Raison-et-sentiments le Mardi 16 février 2010
Je ne connaissais pas du tout, mais au vu de ton enthousiasme je ne peux que noter le titre et attendre qu'il me vienne une occasion de le lire ^^
Par B0uille le Mardi 16 février 2010
Pareil, je note je note, dans un coin déjà bien rempli de ma tête =)
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/2966376

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"Le temps de lire, comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre." Daniel Pennac

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast