Vendredi 17 septembre 2010

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/lecomtedemontecristo2.jpgRésumé (oui, c'est le même que pour le tome 1, mais en même temps c'est la suite alors...) : Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, second du navire Le Pharaon est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans une geôle du château d'If, sur l’île du même nom, au large de Marseille. Après quatorze années, il réussit à s’échapper et s’empare du trésor de l’île de Monte-Cristo, dont l’emplacement lui a été révélé par un compagnon de captivité, l’abbé Faria. Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de « comte de Monte-Cristo », de se venger de ceux qui l’ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s’élever dans la société.

Mon avis : ne diffère pas énormément de l'avis que j'ai sur le premier tome alors j'ai envie de vous dire : cf mon avis sur le tome 1 !

Plusieurs choses à noter tout de même : la lecture du début de ce second tome n'a pas été aisée. Mais j'explique : après avoir fini le tome 1, je n'ai pas lu pendant deux jours, et puis j'ai eu envie de relire Jours sans faim de Delphine de Vigan (que j'ai encore plus aimé que lors de ma 1ère lecture soit dit en passant), je m'étais donc un peu extraite de l'univers construit par Alexandre Dumas... et j'ai eu du mal à ré-entrer dedans parce que certaines choses étaient devenues légèrement floues, j'avais emmêlé les noms de deux ou trois personnages, oublié qui était bidule et quel était son lien avec machin, et il y a donc eu un moment de flottement où j'étais un peu paumée, il a fallu que je me pose pour me récapituler tout ça ! ^^ c'est pourtant pas extrêmement compliqué (d'ailleurs j'ai quand même retrouvé assez rapidement le fil), et c'est très logique, mais bon, je suis un peu un boulet (pour info, quand je lis une pièce de théâtre j'ai tellement peur de m'embrouiller que je recopie la liste des personnages en dessinant leur arbre généalogique, c'est souvent inutile mais ça me rassure). Et puis, j'avais hâte que la vengeance minutieusement amenée par le comte porte enfin ses fruits !

Et quels fruits ! Comme dit dans mon avis sur le tome 1, c'est une vengeance subtile et terrible, j'avais peur qu'elle soit répétitive, mais ce n'est pas le cas, le comte de Monte-Cristo ne réserve pas le même sort à tous, et quand enfin elle survient, progressivement mais de tous côtés, j'ai trouvé la lecture complètement prenante et mon plaisir a été encore plus grand qu'à la lecture des passages que j'ai préférés dans le tome 1 !

Côté personnages féminins, je suis un peu déçue par Mercédès, j'aurais aimé qu'elle reprenne le pouvoir dans le tome 2 mais elle garde son rôle de victime et c'est triste. Haydée est bien, elle a une certaine prestance, mais je l'aime pas trop, je ne saurais pas vous expliquer pourquoi, c'est comme Valentine,  que j'ai trouvée gentille mais sans plus. Non, étrangement, celle qui m'a agréablement surprise (alors qu'au début je trouvais qu'elle ne servait à rien et elle m'agaçait, mais c'était parce que je ne la connaissais pas encore), c'est Eugénie, la fille de Danglars ! Enfin une femme indépendante qui refuse la vie qu'on veut lui imposer, sans tomber pour autant dans le schéma bêbête de l'héroïne classique ! J'ai l'impression que l'auteur ne l'adore pas, et donc, tant mieux pour nous, il nous épargne les éloges ridicules que font souvent les auteurs de leurs personnages favoris (je suis un peu de mauvaise foi, Dumas ne fait pas trop ça). Et puis, je suis persuadée qu'Eugénie finira en couple avec Louise d'Armilly (si elle ne l'est pas déjà dans le livre), et ça me fait plaisir (mais bon peut-être que c'est juste moi qui fantasme hein).

Un dernier mot pour exprimer mon admiration pour le comte : je l'aime tellement que sur Livraddict je l'ai cité dans mon top 3 héros masculins (le n°1 bien sûr c'est Heathcliff, dans les Hauts de Hurlevent, et le n°2 c'est Alceste, héros du Misanthrope). Edmond Dantès a la classe absolue sans être déshumanisé pour autant puisqu'il fait aussi des erreurs et a des émotions (même s'il essaie souvent de les cacher, il me semble qu'elle sont quand même plus perceptibles dans le tome 2, j'ai aimé sa relation avec Albert et surtout celle avec Maximilien Morrel). Bon, je suis pas d'accord avec un choix qu'il fait à l'extrême fin, mais tant pis pour moi, il est libre hein ! (et je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler. Et puis si j'ai bien compris de toute façon, certaines adaptations cinématographiques - j'en ai vu aucune, mais j'ai vu des extraits - ont une fin un peu différente, qui me plaira plus). J'ai aussi trouvé pas mal de similitudes entre Edmond Dantès et V (qui admire Edmond Dantès, d'ailleurs, donc c'est normal) (dans le film V pour Vendetta bien sûr), et c'est chouette ! :D

Citations :
"Quand on vit avec des fous, il faut faire aussi son apprentissage d'insensé."

"Les gens qui ne questionnent pas sont les plus habiles consolateurs."

"J'aime la mer comme on aime une maîtresse, et quand il y a longtemps que je ne l'ai vue, je m'ennuie d'elle."

"Les hommes vraiment généreux sont toujours prêts à devenir compatissants, lorsque le malheur de leur ennemi dépasse les limites de leur haine."

"Je ne serais pas artiste s'il ne me restait pas quelques illusions."

Par Raison-et-sentiments le Vendredi 17 septembre 2010
Ah :D C'est le premier roman d'Alexandre Dumas que j'ai lu et comme toi j'ai été subjuguée ! La vengeance est bien amené, si bien préparé qu'on s'en délecte (et qu'on est heureux de ne pas être la cible du comte).

Bref c'est un roman très très chouette :)

(Et c'est vrai qu'il est génial Jours sans faim)
Par Karine:) le Dimanche 19 septembre 2010
Ah oui, Edmond Dantès, c'est dans mon top aussi!!! Non mais quel homme, quand même!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/3039608

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"Lire et être curieux, c'est la même chose." Pascal Quignard

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast