Mardi 11 août 2009

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/clezio.jpgQuatrième de couverture : Daniel ne parle presque pas et n'a pas d'amis. On dirait qu'il dort les yeux ouverts. Il a l'air de venir d'ailleurs. Il aurait pu s'appeler Sindbad le Marin, dont il a lu les aventures, le seul livre qu'il connaisse par cœur : son regard ne s'anime que lorsqu'on lui parle de mer et de voyages. Mais la mer, il ne l'a jamais vue. Alors, un jour de novembre, sans rien dire à personne, il s'en va pour ne plus jamais revenir...

Mon avis : une nouvelle poétique qui ressemble assez à Lullaby, du même auteur ; l'histoire d'un garçon passionné par la mer avant même de la connaître, fugue pour aller vivre auprès d'elle en solitaire, en harmonie avec la nature... les descriptions de la mer sont très belles, elle est considérée comme un personnage à part entière. Moi non plus, je ne connais guère la mer, et cette nouvelle me fait rêver, je l'avais déjà lue en cinquième, ma prof de français me l'avait conseillée et prêtée, à peu près en même temps que Lullaby.

La nouvelle qui suit, La Montagne du dieu vivant, raconte une histoire similaire, le héros est aussi un jeune garçon qui a soif de nature, il s'appelle Jon et décide d'escalader la montagne à côté de chez lui ; arrivé au sommet, il fait la rencontre d'un enfant mystérieux, une sorte de Petit Prince des montagnes... une nouvelle sympathique, mais j'ai nettement préféré la première, peut-être parce que je préfère la mer à la montagne, qu'elle m'intrigue plus; malgré les illustrations et les descriptions, je n'arrivais pas à imaginer cette montagne aussi bien que j'ai pu me représenter la mer de Daniel...
Par Neeria le Vendredi 21 mai 2010
Ce livre me tente.
J'aime beaucoup la mer, c'est l'un de mes lieux préférés, j'y vais dès que je peux habitant à une dizaine de kilomètres de celle-ci :).
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/2889207

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"L'ennui, qui dévore les autres hommes au milieu même des délices, est inconnu à ceux qui savent s'occuper par quelque lecture. Heureux ceux qui aiment à lire." Fénelon

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast