Mardi 10 novembre 2009

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/pauline.jpgQuatrième de couverture : "Pauline était vêtue de brun avec une petite collerette d'un blanc scrupuleux et d'une égalité de plis vraiment monastique. Ses beaux cheveux châtains étaient lissés sur ses tempes avec un soin affecté ; elle se livrait à un ouvrage classique, ennuyeux, odieux à toute organisation pensante : elle faisait de très petits points réguliers avec une aiguille imperceptible sur un morceau de batiste dont elle comptait la trame fil à fil. La vie de la grande moitié des femmes se consume, en France, à cette solennelle occupation."

Mon avis : mmmh, je reste perplexe. Un roman qui montre qu'on ne peut pas se fier aux apparences, que celles qui semblent les plus honnêtes et les plus vertueuses au départ peuvent être manipulées et se montrer injustes, que leur orgueil détestable peut être caché par un masque d'humilité et de vertu, masque qui peut très bien tromper les autres et les tromper elles-mêmes. Un roman assez différent des autres oeuvres de George Sand que j'ai lues jusqu'ici : dans la petite Fadette et la Mare au Diable, les personnages sont simples, plein de bons sentiments, l'histoire, assez prévisible, était mignonne, bucolique, désuète ; je n'ai pas eu cette impression avec ce roman-ci : difficile de savoir comment tout cela va finir, difficile de voir clair au milieu de cette amitié faussée... mais ce contraste entre les différentes oeuvres de George Sand est en fait cohérent : si on y réfléchit : à la campagne, les moeurs seraient plus pures et simples qu'en ville, lieu d'intrigues où ne peut s'épanouir Pauline, jeune provinciale douce  et exemplaire au début, jetée dans le monde, sa véritable nature se révèle alors, et au final on est incapable de la juger tant la situation trouble semble dure à gérer...

Je me suis sentie parfois aussi perdue que les personnages l'étaient eux-mêmes. Une histoire intéressante d'un point de vue psychologique, mais je trouve que le tout manque un peu de clarté, surtout à la fin où les évènements et revirements de situations se sont enchaînés peut-être un peu trop vites pour moi...
Par Raison-et-sentiments le Jeudi 12 novembre 2009
AHAHAHAHAH (juste parce que tes lectures me manquent).
Je n'ai encore rien lu de George Sand ... ah si ses Comptes de Grand-mère que j'avais bien aimé. Mais j'ai La petite fadette et La mare au diable dans ma bibli. faudrait vraiment que je les lise un de ces jours quand même !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/2930512

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"Les livres ne sauveront sans doute pas le monde, mais ils nous aident à supporter sa folie, et tant que les gens liront, il y aura un peu d'espoir" Ken Bruen

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast