Samedi 23 février 2008

Quatrième de couverture / extrait : [i]"Les hallucinations commencent. Les objets extérieurs prennent des apparences monstrueuses. Ils se révèlent à vous sous des formes inconnues jusque-là. Puis ils se déforment, se transforment, et enfin ils entrent dans votre être, ou bien vous entrez en eux. Les équivoques les plus singulières, les transpositions d'idées les plus inexplicables ont lieu. Les sons ont une couleur, les couleurs ont une musique... Vous êtes assis et vous fumez ; vous croyez être assis dans votre pipe, et c'est vous que votre pipe fume ; c'est vous qui vous exhalez sous la forme de nuages bleuâtres."

Mon avis : Un style incomparable mais assez compliqué, j'ai beaucoup aimé les desciptions des effets des drogues (haschich et opium) qui sont très poétiques, la première partie, "le poème du haschisch" m'a bien plu ; je ne peux pas en dire tout à fait autant de l'analyse approfondie que fait Baudelaire de l'ouvrage de De Quincey, peut-être parce que je n'ai pas encore lu cette dernière ½uvre... mais ça ne saurait tarder. Les Paradis artificiels est un livre plutôt complexe, je suis contente de l'étudier en cours, je pense que ça me permettra d'y voir plus clair car certains passages demeurent assez flous à mes yeux.
Par struddle-grille le Jeudi 16 avril 2009
Ce livre est spécial, je n'ai pas tenu jusqu'a la fin !
Par Ludolight le Vendredi 17 avril 2009
Si je puis me permettre un nouveau commentaire, Charles Baudelaire est mon Dieu ! :DJe vous conseille sans hésitation aucune Les Fleurs du Mal, Le Spleen de Paris ou encore Fusées et Mon coeur mis à nu. :)
Par xXxmagic-mushroomxXx le Lundi 20 avril 2009
ah jai lus un de cest poeme sur lalcool ...je crois quil sintitulais ''enivrez vous'' mais je suis plus certaine...
Par Xxdark-dream-starryxX le Jeudi 23 avril 2009
Il est génial ! =)
Par Phinssou le Samedi 27 mars 2010
J'ai commencé Beaudelaire avec les fleurs du mal.[horloge; danse macabre; sleen]
Puis quand les Paradis artificiels me sont tombés entre les mains, je n'ai pu faire autrement que de prendre part au voyage. Malgré parfois l'effroi de ce mangeur d'opium.

" Les mots les plus vulgaires, les idées les plus simples prennent une physionomie bizarre et nouvelle. (...) Vous riez de votre niaiserie et de votre folie; vos camarade vous rient au nez, et vous ne leur en voulez pas, car la bienveillance commence a ce manifester. "
Le Haschich
Par axymore10 le Lundi 4 juillet 2011
Un bien merveilleux livre à lire et relire.la compréhension vient "avec le temps"et la lecture des poètes de la "beat génération".
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/2833975

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"La vraie lecture commence quand on ne lit plus seulement pour se distraire et se fuir, mais pour se trouver." Jean Guéhenno

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast