Lundi 21 juin 2010

http://bouquins.cowblog.fr/images/livres/sumoquinepouvaitpas.jpgQuatrième de couverture : Sauvage, révolté, Jun promène ses quinze ans dans les rues de Tokyo, loin d'une famille dont il refuse de parler.
Sa rencontre avec un maître du sumo, qui décèle un "gros" en lui malgré son physique efflanqué, l'entraîne dans la pratique du plus mystérieux des arts martiaux. Avec lui, Jun découvre le monde insoupçonné de la force, de l'intelligence et de l'acceptation de soi.
Mais comment atteindre le zen lorsque l'on n'est que douleur et violence ? Comment devenir sumo quand on ne peut pas grossir ?
Derrière les nuages, il y a toujours un ciel...

Après Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, L'Enfant de Noé, Eric-Emmanuel Schmitt poursuit "le Cycle de l'Invisible" avec ce nouveau récit qui mêle enfance et spiritualité, nous conduisant ici à la source du bouddhisme zen.

Mon avis : Une petite lecture sympathique ; au début le côté vaniteux du personnage de Jun  m'agaçait, mais au fil du texte son septicisme m'a touchée et me l'a rendu plus proche. L'histoire est simple, il s'agit d'un récit initiatique qui fonctionne comme une parabole : à l'aide de son maître sumo, Shomintsu, notre héros qui est complètement perdu va apprendre à avoir confiance en lui, à agir avec détermination et persévérance, à méditer... le déclic qui s'opère quand il parvient enfin à méditer est resté un peu abstrait pour moi (je n'ai pas l'impresson que cela soit si facile, mais peut-être parce que je n'ai jamais réellement essayé ?), mais pourquoi pas... même si l'intrigue n'est pas vraiment développée, cette histoire m'a un peu fait penser à l'Alchimiste de Paulo Coelho, à l'Apiculteur de Maxence Fermine...

Je doute que cette lecture me marque vraiment, et j'aurais aimé un peu plus de poésie dans le style (que je suis difficile !), mais je ne suis pas déçue, je l'ai lue avec plaisir, en souriant, en un peu moins d'une heure. Comme les autres oeuvres du "Cycle de l'Invisible" (enfin du moins celles que je connais, je n'ai pas encore lu Milarepa ni L'Enfant de Noé), il s'agit d'une lecture-détente agréable et rapide (encore qu'Oscar et la dame rose me semble plus riche, plus construit) que je conseillerais plutôt à des enfants, ou à de jeunes adolescents, car un livre comme celui-ci initie un propos philosophique intéressant tout en restant très accessible. Remarque, ce livre m'a aussi permis d'apprendre l'existence d'une maladie génétique rare et aux symptômes étonnants.

Extrait :
"- On n'a pas besoin de religion pour vivre.
- De religion, peut-être pas. Mais de spiritualité, si.
- Foutaise ! Pipeau ! Du vent, du bruit ! Moi, je vis très bien sans ça.
- Ah oui ? Tu vis très bien, toi ?
Il marquait un point : mon angoisse empirait et je m'en rendais compte."

NOUVEAU : Cliquez sur les couvertures des livres pour voir la fiche du livre sur Livraddict et ainsi trouver des liens vers d'autres critiques. (je vais faire ça dès aujourd'hui et sur les anciens articles, de manière progressive)
Par elfeperigourdine le Lundi 21 juin 2010
Je regrette surtout le rythme du récit. L'histoire mais énormément de temps à démarrer mais à partir du moment où il devient sumo tout va tr!ès vite et paraît d'un coup très simple...
Un livre qui laisse sur sa faim, bien que l'idée soit bonne

(je trouve globalement qu'Éric Emmanuel Schmitt garde de bonnes idées de récits mais bâcle un peu ses histoires, depuis "oscar et la dame rose" et "lorsque j'étais une œuvre d'art" je n'ai plus réussi à être réellement bouleversée par cet auteur...)
Par MeL le Lundi 21 juin 2010
J'ai tendance à être d'accord avec toi : Eric-Emmanuel Schmitt a montré qu'il était capable de réussir de gros romans complexes tels que La Part de l'Autre... ou Lorsque j'étais une oeuvre d'art, qui est bien plus riche, et j'ai un peu l'impression qu'il enchaîne des livres plus légers. Peut-être conçoit-il lui-même cette série de petits livres sur la spiritualité comme des livres plutôt destinés à la jeunesse, et c'est peut-être une façon pour lui de toucher un public plus large... mais j'aimerais moi aussi qu'il publie un nouveau livre plus "consistant". (enfin, avant de râler je ferais peut-être bien de me pencher sur sa bibliographie, apparemment je suis encore loin d'avoir tout épuisé.)
Par Raison-et-sentiments le Lundi 21 juin 2010
J'ai aimé lire Oscar et la dame en rose et je suis bien tenté par Milarepa en ce moment ; et par Le sumo aussi tiens ... je note, je note.
Par Marionnette62 le Lundi 21 juin 2010
J'ai adoré Oscar et la dame rose mais celui ci ne me tente pas du tout!
Par Lady.Dylan le Lundi 21 juin 2010
Il m'attire bien, tiens. L'extrait m'agace et me fait sourire...
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://bouquins.cowblog.fr/trackback/3010594

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

"La lecture, charmant oubli de vous-mêmes et de la vie." Rivarol

Un livre au hasard

Il ne se passait rien...
Créer un podcast